bandeau

hiboux
Rechercher sur le site :

Liens et livres dans une perspective proche de celle de ce site (mis à jour le 13/04/2016)

Les sites francophones qui défendent la même idée, c'est à dire : Refuser que les découvertes scientifiques soient déformées ou détournées à des fins partisanes, politiques ou économiques, sont malheureusement assez rares si on se compare au monde anglophone. Cependant, il en existe quelques uns, assez récents (voir ci-dessous) qui concernent la question brûlante du réchauffement climatique.

En revanche, nos collègues anglophones sont très actifs dans ce domaine, aussi bien au Royaume Uni qu'aux USA, au Canada, en Australie ou en Nouvelle Zélande. On trouve même des sites WEB réservés à des publications scientifiques spécialisées de haut niveau (avec comité de lecture) qui s'écartent systématiquement du "mainstream" (le courant ambiant ou la Pensée Unique) comme disent les américains. Il faut dire que la création de ces sites contestataires apparaît comme une nécessité à une époque où la neutralité des éditeurs des grandes revues scientifiques ne semble pas assurée, comme elle devrait l'être (voir le texte de Richard Lindzen éminent climatologues du MIT). Autrement dit et dans de nombreux cas, les climatologues qui ne parviennent plus à se faire écouter ou qui sont littéralement muselés par les tenants de l'effet de serre et de la Pensée Unique se sont regroupés au sein d'un certain nombre de sites collectifs. Je vous l'ai déjà dit, le WEB c'est le dernier espace de liberté. Le lit qui veux ! Il faut remarquer que la présence de ces sites sur la toile semble irriter grandement ceux qui aimeraient bien nous faire croire que tout le monde est d'accord et, de fait, ces sites doivent bien regrouper des centaines voire des milliers de publications qui ne sont pas d'accord avec les conclusions du GIEC.

Voici donc une liste non exhaustive des quelques URL, pour la plupart anglophones, que je pratique couramment. Dans l'esprit de ce site qui se veut convivial, votre contribution destinée à enrichir cette page, en nous indiquant d'autres références, sera la bienvenue.

Au bas de cette page, vous trouverez les références de quelques livres francophones qui ne vont pas dans le sens de la pensée unique. C'est le moins que l'on puisse dire...

De nombreuses pétitions et autres déclarations de scientifiques sceptiques sur les théories du GIEC, Kyoto, Bali, Copenhague et suivants paraissent depuis plusieurs années. C'est l'occasion de rappeler les liens de quelques unes qui nous sont connues.

_______________________________________________________________________________________

Des livres francophones : En comparaison avec une très abondante littérature anglophone sur ce sujet, les livres francophones qui se posent des questions sur le réchauffement climatique anthropique (on ne doit pas dire anthropogénique) et les questions connexes étaient plutôt rares (mis à part ceux de Claude Allègre), jusqu'en 2007. Néanmoins, les années postérieures à 2008 nous ont réservé quelques bonnes surprises qui montrent, au moins, que certains de nos éditeurs ne redoutent plus de publier des ouvrages qui ne vont pas dans le sens de la pensée unique. Les années 2014, et surtout, 2015 ont vu une progression du nombre de ces puiblications.

lemenn

"Science et désinformation" est un ouvrage publié aux Éditions Perspectives libres en 2016, dont l'auteur est Marc Le Menn. (Amazon.fr)

De formation scientifique et travaillant dans un établissement qui collecte des données sur l'environnement marin, Marc Le Menn était curieux de connaître l'envers du décor des articles de presse qui couvrent l'actualité scientifique, et qui sont souvent très loin de la science telle qu'elle est pratiquée quotidiennement dans les laboratoires.

4e de couverture : « Si la désinformation est, et a été, l'arme des dictateurs pour guider le peuple, elle est aujourd'hui l'outil indispensable des démocraties pour modeler l'opinion. Pour ce faire, elles ont élevé la communication et le marketing au niveau d'un art. Désormais, communiquer c'est tenter de désinformer avec toute la subtilité qui s'impose... l'information scientifique sensée être rigoureuse, absolue et indépendante, est tombée dans les mêmes travers, et les exemples sont multiples pour ne pas dire quotidiens. Ils font l'objet d'une part de cet ouvrage. Il est cependant possible d'y voir plus clair, même pour les nons-initiés. C'est l'objectif de ce livre »
--------------

Organisé en neuf chapitres, ce livre est très bien écrit et abondamment documenté. En s'appuyant sur de nombreux exemples, l'auteur analyse avec soin les multiples astuces et procédés utilisés par le microcosme médiatico-politique (et parfois scientifique) afin d'habiller les données de la science dans un sens qui convient à certains objectifs idéologiques, politiques ou autres. Un chapitre entier est consacré au "réchauffement climatique anthropique" qui constitue, en l'occurence, un véritable cas d'école. On y apprend, entre autres, comment quelques journalistes militants n'ont pas hésité à tenter de "mettre au pas" plusieurs de nos académiciens de l'Institut de France.
Ce livre met en lumière la désinformation insistante, persistante, et parfois subtilement habillée, à laquelle sont soumis nos contemporains dont la plupart sont dépourvus des connaissances scientifiques indispensables pour y faire face. Néanmoins, cet ouvrage ouvre quelques pistes pour tenir en éveil les lecteurs non-experts face à la désinformation rampante.

C'est un sujet important. Le livre de Marc Le Menn fera date. J'en recommande la lecture.

Marc Le Menn a présenté son livre lors d'une conférence donnée au Cercle Aristote. Cette conférence est disponible en vidéo.

 

postel-vinay


"La Comédie du Climat - Comment se fâcher en famille sur le réchauffement climatique" d'Olivier Postel-Vinay est paru le 28 Octobre chez JC Lattés.

Philosophe de formation puis journaliste scientifique de longue date, Olivier Postel-Vinay a la réputation d'une homme posé et prudent. Il a été, entre autres, rédacteur en chef de Science et vie, de La Recherche et de Courrier International. Il est aujourd'hui rédacteur en chef de la revue Books dont il est le fondateur.
Présentation du livre par l'auteur :

« Le changement climatique fournit à mes yeux un matériau de choix pour analyser la comédie du pouvoir et des croyances dans le monde contemporain. Autour de la thèse : la Terre se réchauffe du fait des activités humaines, l’affrontement est violent. D’un coté, les « climatozélotes » qui pensent qu’il n’y a plus de doute et qui ont fait de cette thèse une croyance absolue. De l’autre, les « climatosceptiques » qui pensent avoir relevé suffisamment d’incohérences dans les présentations et les chiffres pour afficher un scepticisme argumenté.
Je me considère comme un « climatoagnostique ». Il en va de la thèse comme de Dieu. Pour l’heure, elle ne peut être ni démontrée ni infirmée. L’un des objets de ce livre est d’expliquer pourquoi, d’analyser données et observations, d’interpréter objectivement les résultats. J’interroge aussi la science d’aujourd’hui, sa relation à l’argent, à la politique et aux médias.
Comment fait-on la différence entre une croyance collective et une certitude scientifique ?
Un débat qui donne naissance à un spectacle quasi shakespearien. À l’exception de l’amour, toutes les passions humaines s’y déchaînent : soif de savoir et de pouvoir, quête de notoriété, goût inavoué pour l’argent, vanité, délire, et même haine jusqu’à l’excommunication ou la mise à mort... »
_____________________________________
Cet ouvrage est conduit à la façon d'une enquête policière. Postel-Vinay y retrace les multiples péripéties, plus ou moins inquiétantes (Crosse de hockey, Climategate, tribalisme etc.), qu'a connu la science du réchauffement climatique au cours des années passées. Son grand mérite et son originalité résident dans l'analyse des modes de fonctionnement du microcosme des scientifiques qu'il connaît fort bien. Entre autres, il montre qu'en opposition avec la croyance populaire, les scientifiques du climat sont loin d'être désintéressés. Il relève que l'idéologie y tient une place importante au risque de biaiser gravement l'objectivité des analyses, surtout sur un sujet aussi délicat que la question du changement climatique..
Voici un interview récent d'Olivier Postel-Vinay au sujet de son livre. Postel-Vinay conclut cet interview par ces mots "Cette question du changement climatique, elle est mal posée, elle est mal gérée, elle est mal traitée et ça devient de l'intox ! "
Ce livre, très bien rédigé, se lit aisément. Il soulève un coin du voile et révèle des aspects peu connus du public (et des politiques) sur les moteurs cette sombre affaire aux côtés effectivement "Shakespeariens".

 

prudhomme


"L'idéologie du réchauffement - Science molle et doctrine dure" par Rémy Prud'homme est sorti le 28 Oct. 2015. Il est publié aux éditions L'Artilleur chez Touc.essais.
Rémy Prud'homme est Professeur émérite d'économie à Paris XII. Il a exercé de multiples fonctions dans des organisations internationales et a officié dans plusieurs universités étrangères. De formation urbaniste, il s'est spécialisé dans les problèmes de transports. Il a publié près d'une centaine d'articles dans le Monde et dans le Figaro. En tant qu'économiste, il estime, entre autres, que le coût de la transition énergétique sera exorbitant.
Voici la présentation de son ouvrage (qui ne figure pas sur le site d'Amazon.fr.) par l'éditeur :

"Cet essai ne nie pas le réchauffement de la planète. Au cours du XXème siècle, la température moyenne de la terre a augmenté de 0,6 à 0,8 degrés. Il s’intéresse plutôt au « réchauffisme », néologisme qui rapproche le « réchauffement » et « l’alarmisme »  en une certitude que la hausse des température est anthropique.
Rémy Prud’homme montre que ce mouvement d’idées présente les cinq caractéristiques d’une idéologie, selon les critères établis par Hannah Arendt :
-il est monocausal : les rejets de CO2 issus de l’activité humaine expliqueraient à eux seuls le réchauffement de la planète.
-il est scientifiste : il prétend s’appuyer sur une science unique, irréfutable.
-il est étatique : le GIEC, l’ONU et les états ont immédiatement capturé et instrumentalisé cette idée
-il est révolutionnaire : il faut tout changer pour « sauver » la terre.
-il est populaire : les peuples sont facilement convaincus de la responsabilité de l’homme dans les changements du climat.
Comme dans toute idéologie, l’auteur démasque au cœur de ce « réchauffisme » les germes puissants d’une tendance dangereusement totalitaire."
_____________________________________
Comme nombre d'autres, dont Postel-Vinay ci-dessus, Rémy Prud'homme pense (et démontre) que cette problématique a évolué progressivement vers une véritable idéologie, voire une sorte de religion pour certains. Le sous-titre "Science molle et idéologie dure" résumé parfaitement le ton et l'architecture de son ouvrage qui attire l'attention sur les dangers d'une "tendance dangereusement totalitaire".

Voici la présentation Youtube du livre par son auteur.

 

gerondeau1


Sorti le 28 Oct. 2015, le "Climat : J'accuse - Des millions de morts au nom des pays riches" de Christian Gérondeau est publié aux éditions L'Artilleur du Touc.essais.
Voici le résumé de l'auteur (qui ne figure pas sur le site d'Amazon.fr.)

"Ils ne savent pas ce qu’ils font. Ils disent vouloir sauver la planète pour le bien de l’humanité. Mais, si on les écoutait, les conséquences seraient dramatiques.

Lorsque la plupart des responsables politiques, économiques ou religieux accréditent l’objectif de la conférence de Paris de réduire de 50% les émissions de CO2 à l’horizon 2050, non seulement ils mentent en s’appuyant sur des documents scientifiques faux mais surtout ils contribuent à la mise en danger de mort de millions d’hommes et de femmes.

Car chaque année, plus de quatre millions d’êtres humains meurent parce qu’ils n’ont pas ou peu d’électricité et qu’ils sont intoxiqués par les fumées de foyers domestiques. D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), ce « dirty cooking » constitue bien la première cause mondiale de mortalité humaine. Pour faire cesser cette tragédie et plus généralement sortir de la pauvreté plus de trois milliards d’habitants, il faut avant tout leur donner accès à une électricité abondante et bon marché, que seules peuvent le plus souvent leur procurer des centrales à gaz ou à charbon. Mais, au nom de la lutte contre les hypothétiques inconvénients du CO2, les gouvernements des pays riches voudraient le leur interdire. Les pays pauvres ne les écouteront pas, réduisant la Conférence de Paris, la COP 21, à un échec total et c’est heureux pour l’humanité."

Rédigé sous forme de pamphlet, cet ouvrage, assez succinct, est bien documenté et bien rédigé comme les précédents livres de Gérondeau parus sur le sujet. Il fait le point sur des conséquences potentiellement dramatiques de la COP21 et des suivantes qui sont rarement évoquées.

Christian Gérondeau anime également le site des "climato-optimistes".


verdier


17/10/2015 : "Climat investigation" de Philippe Verdier (éditions Ring)

Extraits de la présentation de l'Editeur : LES DESSOUS D UN SCANDALE PLANÉTAIRE

"Le climat est aujourd'hui une guerre, une religion. Tout avis contraire sera éliminé. Quelle voix s élèvera pour rompre le silence pour faire éclater la vérité, avant le sommet de Paris ?

Il n'existe aujourd'hui plus de lien entre le climat et le discours alarmiste sur ce sujet. Les Français sont maintenus dans la peur par un matraquage sans précédent. Cette prise d'otages constitue un enjeu diplomatique pour la Conférence de Paris. Au plus haut sommet de l'État, l'échec de la COP 21 est diagnostiqué depuis longtemps, mais la manipulation et le spectacle s'amplifient davantage.

Le GIEC, ultra politisé, se délite sous les scandales et ses méthodes critiquables. La parole scientifique est inaudible. Les Nations Unies plongées dans la corruption pataugent volontairement depuis une génération de pourparlers. Lobbies économiques, associations écologistes, gouvernements et désormais religions tissent des liens dangereux. Les ambassadeurs du climat entretiennent cette crise aussi brûlante qu'impalpable...."
"Philippe Verdier est (était ?) journaliste-présentateur à France 2, ex-BFMTV et chef du service météo de France Télévisions. Diplômé d'un master en Développement Durable à l'Université de Paris Dauphine, il a couvert trois conférences sur le climat, dont celle de Copenhague."
------------------------------
Peu après la parution de son livre, Philippe Verdier a été "mis à pied" par la direction de France-Télévision, ce qui a déclenché une protestation énergique de la part des défenseurs de la liberté d'expression. Une pétition a été lancée sur internet, laquelle a rassemblé des signatures provenant de nombreux pays.
Au demeurant, le livre de Philippe Verdier constitue essentiellement une charge documentée contre l'activisme et l'alarmisme climatique de la part du GIEC, de certains scientifiques, de nombre de lobbies et d'ONG ainsi que du gouvernement français qui prépare la COP21.
Pour ma part, j'y ai trouvé nombre d'anecdotes et de témoignages intéressants pris sur le vif, même si, sur le plan scientifique, l'ouvrage reste plutôt basique et peu critique. En bref, le livre de Verdier est une réaction à l'encontre des excès démesurés en matière de communication alarmiste ou catastrophiste qui accompagnent la promotion de la COP21. A ce jour, il remporte un grand succès en librairie.
Le "teaser" qui précédait la publication de son livre.
MAJ : 01/11/2015 Philipe Verdier a été officiellement licencié.


rittaud2 24/04/2015 : "La peur exponentielle" (PUF) du mathématicien Benoît Rittaud (auteur du "mythe climatique").

Présentation de l'éditeur : "C'est une nouvelle venue à ajouter à la liste de nos peurs collectives, et son objet est des plus inattendus : un concept mathématique abstrait. Déclinable à l'infini, la peur de l'exponentielle est une réalité contemporaine aussi répandue que méconnue. Scientifiquement construite bien que parfaitement irrationnelle, elle constitue la matrice originelle de quantité de discours alarmistes fondés sur la crainte que nous irions collectivement bientôt heurter de plein fouet les limites du monde : épuisement des ressources naturelles, démographie mondiale, réchauffement climatique...
La première partie s'intéresse à la structure de la peur. Affirmer le caractère exponentiel d'un phénomène permet à peu de frais de prophétiser une catastrophe. La seconde partie mène une critique de cette peur, qui peut conduire au rejet de l'autre (peurs démographiques, critique du « juif usurier »). La troisième partie s'intéresse à l'histoire des représentations sociales liées : idée de croissance proportionnelle sous-jacente au « passage du local au global », étroitesse supposée du monde, visions anciennes de l'exponentielle comme créatrice de richesses (par exemple grâce à la magie des intérêts composés), et établit un lien avec le « désir mimétique » de René Girard. La dernière partie propose des pistes pour surmonter la peur : dépassement de la sidération causée par les grands nombres de l'exponentielle, reconsidération de notre rapport au temps et à l'infini."

Benoît Rittaud est mathématicien et essayiste, maître de conférences hors-classe à l'université Paris 13 (Sorbonne-Paris-Cité), habilité à diriger des recherches. Ses travaux académiques concernent les systèmes dynamiques et la théorie des nombres. Ses nombreux ouvrages et articles de mathématiques destinés au grand public lui ont valu plusieurs prix en France et en Italie.

Un livre très bien écrit et documenté. Il vous en apprendra beaucoup et notamment, comment des scientifiques sont, eux-mêmes, victimes de la "peur exponentielle" omniprésente de nos jours.
Lecture vivement recommandée.
larminat

31/10/2014 : " Changement climatique" (ISTE Éditions) du Prof. Philippe de Larminat.
L'auteur a publié de nombreux articles et ouvrages en contrôle-commande. Il est un expert renommé en modélisation des processus.

La présentation de ce livre (4 de couv) : "Selon certains scénarios d’émissions de CO2, la concentration atmosphérique future pourrait tripler d’ici la fin du siècle.
Les très grands modèles numériques destinés à effectuer les projections climatiques correspondantes sont conçus et quantifiés à partir des lois de la physique. Malheureusement, beaucoup de celles-ci, relatives à la genèse des nuages, aux modalités de l’effet de serre, ou à l’intervention de l’activité solaire, sont encore mal établies.
Cet ouvrage traite de la modélisation climatique autrement : par les techniques éprouvées de l’identification des systèmes dynamiques, selon l’optique boîte noire. A partir des observations climatiques millénaires, les modèles globaux obtenus sont validés statistiquement et confortés par les simulations qui en résultent.
Ce livre apporte ainsi des éléments constructifs, reproductibles par tout adepte de la simulation numérique, climatologue expert ou non. Il est accessible à tout lecteur intéressé par la question climatique."

Philippe de Larminat a eu une idée originale. Cette idée consiste à appliquer aux variations climatiques les techniques mathématiques reconnues performantes et universellement adoptées dans l'analyse ou dans l'"attribution" des processus complexes tels, par exemple, ceux que l'on peut en rencontrer dans l'étude de divers systèmes dynamiques, comme en automatique. Son remarquable travail montre, entre autres, que l'assertion selon laquelle le réchauffement observé serait dû à l'action humaine ne peut-être ni confirmée, ni informée par les observations. Son analyse montre également que les fluctuations de l'activité solaire constituent la cause prépondérante du réchauffement récent. Sur la base des informations connues en 2000, le modèle prédictif issu de l'analyse de Philippe de Larminat, anticipait l'existence de "la pause climatique" qui s'est poursuivie jusqu'à ce jour, ce dont n'a été capable aucun de la cinquantaine des modèles "basés sur la physique" recensés par le GIEC.

S'agissant du système climatique qui est manifestement extrêment complexe et dont les mécanismes jous-jacents, plus ou moins chaotiques, sont peu ou mal compris et modélisés, le concept "boite noire" de Larminat prend tout son sens. Dans le contexte actuel, il s'agit d'une approche réellement novatrice et d'un ouvrage passionnant rédigé par un scientifique reconnu. Je le recommande.

kuntz

06/02/14 : "OGM, la question politique" est le deuxième ouvrage sur les OGM destiné au grand public publié par Marcel Kuntz. Le précédent, publié en 2006, traitait de manière factuelle de " Les OGM, l'environnement et la santé". L'auteur est biologiste et Directeur de Recherche au CNRS à Grenoble. Il est un spécialiste reconnu de ce domaine d'activité.
M. Kuntz est également le webmaster d'un site internet dédié.

Présentation : " Les organismes génétiquement modifiés (OGM) vont-ils réaliser des miracles pour nourrir la planète, ou aboutir à un désastre ? Scientifiquement la question ne se pose pas ainsi. Qu’en est-il de la brevetabilité ? La coexistence entre les cultures d’OGM et les autres est-elle possible ? Quelle est la place du chercheur dans un tel contexte ? Il n’existe actuellement en France aucune culture transgénique ; il faudrait, entend-on, évaluer davantage les OGM. Cependant, cette recherche est aujourd’hui impossible dans notre pays. Pourquoi un tel paradoxe ? Après plus de quinze ans de polémiques, il n’y a plus de doute : la querelle des OGM est avant tout politique. La science est-elle dévoyée par cette politisation du débat ? L’interférence du politique a-t-elle des effets sur la science ? Quel rôle jouent les médias, et notamment les plus militants ? L’usage de la violence contre des expérimentations scientifiques est-il un moyen d’expression politique acceptable ? Cet ouvrage, rythmé par les tribunes de l’auteur depuis 2007, fait apparaître les points cruciaux soulevés par la problématique OGM depuis ses débuts, dressant un portrait parfois peu flatteur de ses soubassements politiques."

Cet ouvrage est publié par les Presses Universitaires de Grenoble (PUG).
Autres liens vers le livre : Decitre, Fnac.

Je conseille la lecture de ce livre de mon collègue biologiste dans ces colonnes car, tout comme dans le cas du "changement climatique", l'intervention de la politique dans les débats scientifiques sur les OGM s'est également avérée gravement contre-productive. Les comportements délétères qu'évoquent Marcel Kuntz sont assez directement transposables à ceux qui sont observés dans la question climatique.

gervais

(25/09/13)"L'innocence du carbone, l'effet de serre remis en question" est un ouvrage rédigé par un de mes collègues physiciens, François Gervais. Il est paru le 2 Septembre 2013 chez Albin Michel. Il est disponible an version électronique Kindle et en version papier.

Cet ouvrage de 315 pages est divisé en 7 parties. La première, intitulée "on ne nous dit pas tout..." est consacrée à une présentation générale de la problématique du réchauffement climatique dit anthropique. Les parties 2 à 4 sont un peu plus techniques sans toutefois rentrer dans les détails sauf sur quelques points importants (et souvent décisifs) qui ne peuvent demeurer inaperçus par un scientifique aussi qualifié (notamment en thermodynamique) que l'auteur. Elles évoquent également les nombreuses observations objectives qui peuvent susciter le doute chez un observateur attentif et incitent à la suspicion quand aux conclusions qui ont été tirées par les rapports successifs du GIEC (section 4 du livre) le plus souvent en pratiquant la sélection des données et en "oubliant" les observations publiées contrariantes.
La cinquième partie traite des "enseignements et enjeux". Elle évoque les multiples exagérations/distorsions médiatiques ou scientifiques ainsi que l'activisme intense dans lequel semble avoir sombré une fraction importante du microcosme climatologique. Tout comme Richard Lindzen (et l'auteur de ce site), François Gervais en discerne une des causes primordiales dans le mode actuel du financement de la recherche sur contrats, le plus souvent gouvernementaux. De fait, ce mode de financement de la recherche, pratiqué de nos jours, a progressivement éliminé le développement et la poursuite de travaux de recherche indépendants et contradictoires qui ont assurés, par une saine confrontation des idées, le succès remarquable de la recherche lors des deux siècles précédents. Autrefois très pauvre, la recherche sur le climat s'est vue récemment très bien dotée parce qu'elle a su susciter un caractère d'urgence dans l'esprit des politiques et du public. La rançon inévitable en est, à présent, un enfermement dans une réthorique circulaire dont tout écart est interdit, ce qui est évidemment peu compatible avec la démarche, nécessairement iconoclaste, de la découverte scientifique.
Les sections 5 à 7 évoquent avec quelques détails bienvenus, la question des énergies renouvelables et des progrès scientifiques accomplis dans les domaines du stockage et la récolte des énergies ainsi que des espoirs suscités par les énergies nucléaires du futur (fission et fusion).
Un phrase, extraite de la conclusion, résume assez bien la pensée de l'auteur : "Réduire la lutte à la condamnation du CO2 risque d'obérer des actions autrement plus urgentes."

Ce livre, très bien écrit par un pédagogue, est accessible aux non-scientifiques. Au vu de la montée d'un doute insistant au sujet des rapports et des affirmations du GIEC, ce livre trouvera certainement son public et - n'en doutons pas aussi - les quelques détracteurs systématiques (ou systémiques) qui, tels les gardiens du temple, font barrage à tout questionnement au sujet du dogme en vigueur.
A côté de la très abondante littérature étrangère rédigée dans un esprit analogue (malheureusement non disponible en fiançais), cet ouvrage est sans contexte l'un des meilleurs publiés sur ces questions pour un public francophone. Sa lecture est vivement recommandée.
En complément, voici une vidéo tournée lors d'un interview de l'auteur à RTL.

marko

Un livre intitulé "Climat : 15 vérités qui dérangent" dont le titre fait écho au célèbre opus controversé d'Al Gore "An inconvenient truth" (2006), vient d'être publié aux éditions Texquis, sous la direction d'Istvan Marko, Professeur à l'Université Catholique de Louvain. Ce livre rassemble les contributions de plusieurs personnalités (scientifiques, philosophe, journaliste) belges : Anne Debeil, Ludovic Delory, Samuel Furfari, Drieu Godefridi, Henri Masson, Lars Myren et Alain Préat.
L'objectif de cet opus, décrit par les auteurs, est double. Il s'agit tout d'abord d'ouvrir un débat scientifico-politico-économique qui, jusqu'à présent, a été constamment dissimulé aux yeux du grand public. Il s'agit également d'apporter des éléments de réflexion sur un triple questionnement qui a trait au caractère politico-scientifique du GIEC, aux théories scientifiques mises en avant dans le dernier rapport du GIEC (AR4, 2007) ainsi qu'aux implications politiques, médiatiques et économiques des rapports successifs de cet organisme.
De fait, l'essentiel du contenu de ce livre dresse un portrait fouillé, bien documenté et particulièrement critique des anomalies structurelles et des dysfonctionnements du GIEC, des campagnes militantes et biaisées mises en place, en son nom, au cours des années écoulées ainsi que de leurs conséquences délétères tant sur le plan politique qu'économique. Dans ce sens, cet ouvrage vient en complément de l'excellent livre "The delinquent teenager who was mistaken for the World's top climate expert" de la journaliste Donna Laframboise, malheureusement non disponible en français.
Le grand mérite de "Climat : 15 vérités qui dérangent" est d'offrir une vision alternative cohérente, argumentée et synthétique, particulièrement claire et de lecture aisée même pour des lecteurs non spécialistes de ces questions. Les lecteurs assidus de PU seront heureux de disposer ainsi d'une synthèse ordonnée d'un grand nombre des observations qu'ils ont pu lire, en désordre, dans ce site au fil des mois et des années écoulées.
On ne peut qu'adhérer aux conclusions de
Carlo Ripo di Meana (ancien commissaire européen à l'environnement et ancien ministre italien de l'environnement) qui a préfacé cet ouvrage et qui déclare que "fort de [son] expérience personnelle, [il]recommande "chaleureusement" sa lecture tout en exprimant sa reconnaissance aux auteurs.

furfari

L'écologie au pays des merveilles : Mirages et vérités du développement durable par Samuele Furfari. Editions Bourin éditeur (publié le 23 Mai 2012).

Présentation de l'éditeur
"L'environnement est l'affaire de chacun d'entre nous. Il n'y a pas, d'un côté, ceux qui prennent au sérieux l'enjeu écologique et, de l'autre, ceux qui acceptent de détruire la planète. Mais si l'objectif est partagé, les moyens d'y parvenir divisent. J'espère vous montrer que les propositions des écologistes en matière d'énergie s'avèrent souvent irréalisables dès qu'on les regarde de près. Elles semblent miraculeuses, elles n'en sont pas moins illusoires. Nous devons promouvoir une pensée positive et non
catastrophiste. C'est à cette seule condition que nous trouverons les solutions au problème, réel, que nous rencontrons, et que nous aiderons tous ceux qui n'ont pas accès à l'énergie à vivre plus dignement."
Biographie de l'auteur
Samuele Furfari est docteur en sciences appliquées, ingénieur chimiste et ingénieur industriel. Il est depuis trente ans fonctionnaire à la Direction générale de l'énergie de la Commission européenne. Il est notamment l'auteur de Dieu, l'homme et la nature (François Bourin Editeur, 2010).
____________________________________________________________________
Vu pas un bon connaisseur des questions énergétiques, fort de son expérience dans les instances européennes, tout y passe : L'efficacité énergétique, le CO2, les mythes des "mouvements perpétuels", les batteries et les véhicules électriques, les Grenelles, l'exception française vis à vis les gaz de schistes, le bio-éthanol, les éoliennes, les panneaux solaires, le Peak Oil, le nucléaire etc. Comme l'indique le titre, L'auteur démonte un par un les mythes promus par une multitude d'ONG écologistes et propagés par les médias qui, de fait, pilotent l'opinion et, par là, les décisions des politiques soucieux de leur réélection. En définitive, un constat plutôt pessimiste même si l'auteur propose des solutions (par ex. une meilleure formation scientifique du public etc.). Globalement, le constat est assez proche de celui de Christian Gérondeau (vor ci-dessous). Comme dans tous les livres "papier", il y manque des liens mais aussi une bibliographie détaillée. A lire.

geron

 

 

geron1
Christian Gérondeau

 

Ecologie : La fin. Vingt ans de décisions ruineuses par Christian Gérondeau. Editions du Toucan (publié le 15/05/2012).

Christian Gérondeau est polytechnicien (X57) et expert indépendant. Il enquête sur le réchauffement climatique et l’écologie en général depuis maintenant dix ans. Il a également publié : Ecologie la grande arnaque (Albin Michel) et CO2, un mythe planétaire (éditions du Toucan) (recensé ci-dessous).

Présentation (4 de couv.)
"Soyons clairs, ce livre est incorrect. Incorrect car il démontre, vingt ans après le premier sommet de Rio, que le monde entier a été trompé par le réveil d'une peur infondée venue du fond des âges, celle du changement climatique. Incorrect car il révèle comment cette peur a été orchestrée par quelques individus et organisations. Incorrect enfin car il fait les comptes. Des centaines de milliards de dollars et d'euros gaspillés chaque année au point d'handicaper lourdement le développement économique d'un grand nombre de pays, et d'abord de la France. Et cela pour rien. Mais tout est bientôt fini car la crise dévoile petit à petit les mensonges pseudo-scientifiques. Les industries éolienne et solaire s'écroulent, les taxes sur le CO2 dans l'aérien et autres mesures sans queue ni tête sont retirées, jamais on n'a trouvé autant de pétrole, de gaz ou de charbon et pour comble, les satellites montrent que la température de la Terre ne s'accroît plus depuis quinze ans ! C'est désormais la fin de l'écologie idéologique."

Ou encore, un résumé sur le site de l'éditeur :
"Pourquoi des groupes de pression, des partis politiques, des associations ont inventé « l’urgence écologique » et combien cette fausse urgence va-t-elle coûter au contribuable français?
Comment aussi, lorsque des scientifiques  opposent à ces « khmers verts » des arguments contradictoires, ils sont aussitôt bannis et insultés avec une violence qui fait effectivement penser aux méthodes totalitaires ? Appuyé sur les mesures du Hadley Center et de l’OMM, validées par le GIEC, Gérondeau fait remarquer qu’après une hausse continue de 1975 à 2000, toutes les mesures font apparaître que la température moyenne de la planète n’augmente plus depuis onze ans. Pourquoi ? Nul ne le sait. Mais pourquoi personne ne le dit... ? Gérondeau en a quelques idées…"


Bien documenté, très bien écrit, agréable et facile à lire, ce livre fourmille de données chiffrées sur les transports (une spécialité de l'auteur), les ressources énergétiques, les éoliennes, le photovoltaïque, les accords de Grenelle etc. qui permettent d'évaluer (combien ça coûte ?) les politiques (jugées désatreuses) mises en place avec un zèle exceptionnel, essentiellement par les petits émetteurs de CO2 que sont la France et l'Union Européenne, au nom de l'écologisme militant et pour un bénéfice négligeable pour la planète. Gérondeau décrit également en détail la genèse et les moteurs du GIEC de l'ONU que sont, entre autres, les ONG écologistes internationales telles que le WWF. Le récit est édifiant.
L'auteur explique que les choix hasardeux et les gaspillages d'argent public, notamment résultant du Grenelle de l'Environnement, ont été (et sont encore) innombrables, sans compter les effets destructeurs et de plus en plus invasifs des "dépenses méta-publiques" qui n'apparaissent pas dans les comptes publics car ce sont les consommateurs qui payent et non les contribuables (comme, par exemple, pour le tarif en hausse de l'électricité qui tient et tiendra compte des tarifs exhorbitants du rachat des énergies éoliennes et solaires).
Lecture recommandée.

ciel

Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête : 15 grands scientifiques géographes nous rassurent sur notre avenir. (Format Kindle) Sous la direction de Sylvie Brunel et Jean-Robert Pitte.

Présentation de l'éditeur :
Depuis longtemps, les géographes contestent le catastrophisme qui s’appuie sur les constats et prédictions de certains savants, souvent enfermés dans leur spécialité et refusant d’admettre la réalité de l’évolution de la planète. Ils ne nient pas les changements environnementaux qui se produisent en ce moment, en particulier dans le domaine climatique, ni la part de responsabilité qui revient aux sociétés humaines en la matière. Ils constatent en revanche que la rapidité des progrès techniques donne beaucoup plus de moyens aux hommes de s’adapter aux évolutions naturelles ou anthropiques en cours et d’en tirer profit, d’enrayer certaines de leurs conséquences fâcheuses et de restaurer des dégradations que l’on qualifie trop rapidement d’irréversibles. Attachés aux faits, ils constatent que la population de la planète atteindra bientôt les 7 milliards, vivant plus longtemps et dans de meilleures conditions que les 3 milliards d’il y a 40 ans. 
Voici quelques thèmes qui seront abordés, chacun par un géographe. Maîtriser les risques environnementaux, Yvette Veyret, Université de Paris X-Nanterre. Que faut-il penser du réchauffement climatique ? Martine Tabeaud, Panthéon-Sorbonne. Les océans sont-ils déréglés (niveau des eaux, pollutions, richesses halieutiques, etc) ? Alain Miossec, Recteur de l’Académie de Rennes. Va-t-on manquer d’eau douce ? Loïc Fauchon, Président du Conseil Mondial de l’Eau. La biodiversité est-elle en péril ? Georges Rossi, Université Michel de Montaigne, Bordeaux. Une bonne forêt est-elle une forêt bien exploitée ? Paul Arnould, ENS Lyon. 7 milliards d’hommes : la terre est-elle surpeuplée ou vieillissante ? Gérard-François Dumont, Paris-Sorbonne. Peut-on nourrir correctement la multitude humaine ? Les défis du développement, Sylvie Brunel, Paris-Sorbonne. Pour une vision optimiste de la croissance, Frédéric Teulon, directeur de la recherche à l’IPAG...


acot

Pascal Acot (ci-contre) est chercheur au CNRS. Philosophe de formation, il s'est spécialisé dans l'histoire acot1de l'environnement.

Pascal Acot vient de publier un livre (sorti le 13 Oct. 2010, chez Armand Colin ) intitulé "Climat , Un débat dévoyé -éléments de réponse". qui a déclanché quelques réactions violentes de la part de certains de ses collègues, membres de la petite communauté feutrée des environnementalistes de diverses disciplines scientifiques.
Il faut dire que ce livre, dont je vous conseille la lecture, peut-être considéré comme un véritable brulôt par les tenants de la pensée unique climatique. La présentation lénifiante del'éditeur qui figure en 4-de-couv me semble bien éloignée du contenu du bouquin.

Ce livre me semble particulièrement intéressant en ce sens que
Pascal Acot, sans doute acquis aux thèses climatiques en vigueur, dont la lecture nous apprend qu'il ne remet pas fondamentalement en question les fondamentaux (il fait confiance !), s'est dessillé. Acot s'est beaucoup ému des comportements hautement criticables d'un certain nombre des acteurs de ce psychodrame qui prend parfois des allures de bataille d'Hernani. Tout y passe : Les conflits d'intérêts manifestes d'Al Gore et du Président du GIEC (Pachauri), les tribulations de Yann-Arthus Bertrand et de Nicolas Hulot, le Climategate, l'Himalayagate, l'appel à la "science officielle" des 600 (auprès des institutions scientifiques), les "Tartuffes" politiciens, Allègre, l'ADEME, la taxe carbone, les "souverains poncifs" (sic), la sacralisation de la Nature, les intérêts financiers en jeu, les lobbys, le mélange désastreux de la science et de la politique, le principe de précaution, la mondialisation etc.

Pour un lecteur assidu de "
Pensee-Unique.fr", il n'y a rien dans ce livre qui puisse vraiment surprendre mais ce qui est étonnant, c'est l'impression persistante éprouvée à la lecture de ce livre, que Pascal Acot, en bon environnementaliste qu'il est (était), vient d'avoir une sorte de révélation et qu'il en a éprouvé un véritable choc qui l'a sans doute poussé à rédiger un opus qui ne lui fera certainement pas que des amis dans la sphère dans laquelle il évolue. Bel exemple de courage intellectuel, me semble-t-il.

D'autant plus que son livre est postfacé par un pamphlet particulièrement vigoureux signé par le Journaliste
Pierre Lévy qui ne fait vraiment aucun cadeau aux responsables politiques, scientifiques ou philosophes des nombreuses "anomalies" dont se sont rendus coupables les acteurs bien-pensants de cette guerre picrocholine qui implique aussi bien l'écologie que la climatologie. Visiblement Lévy est un journaliste sceptique auquel on ne la fait pas. Une espèce en voie de disparition, semble-t-il.
La lecture des 22 pages de la postface de
Lévy, rédigée d'une plume trempée dans le vitriol et émaillée de multiples traits d'humour, est véritablement jubilatoire..


rittaudBenoît Rittaud ( Ed. Seuil) : Le Mythe Climatique
La quatrième de couverture :

L’apparent consensus sur la responsabilité de l’humanité dans l’évolution du climat est en train de s’effriter. Cet ouvrage présente un point de vue sceptique sur la thèse « carbocentriste » selon laquelle le réchauffement global récent aurait pour cause les émissions humaines de gaz carbonique. Ciblant sa critique sur quelques points-clés, il expose en termes simples et accessibles les faiblesses, notamment statistiques, de certains arguments longtemps considérés comme décisifs : reconstitution de l’histoire de la température globale, analyse des carottes glaciaires, fiabilité des modèles climatiques…
Derrière ces déficiences particulières se profile une question épistémologique plus profonde, touchant à la nature même des théories carbocentristes. En liant la thèse actuelle sur le climat à d’autres épisodes de l’histoire des sciences, l’auteur avance que nous avons affaire ici à un nouveau cas de « science pathologique ». Il attire enfin l’attention, toujours du point de vue scientifique, sur le pernicieux glissement observé aujourd’hui dans certains discours qui tentent de faire passer notre planète du statut d’objet à celui de sujet.
L’importance des enjeux politiques, économiques et sociaux du débat sur le climat demande que l’on accorde une attention particulière à ces analyses.
Benoît Rittaud, mathématicien, est maître de conférences à l’université Paris-13. Il est l’auteur de nombreux ouvrages de mathématiques à destination d’un large public.

meynard François Meynard : La légende de l'effet de serre. Manuel de démystification des problèmes et faux problèmes climatiques. ( éditeur Favre) (lien sur Amazon.fr) meynard2
Présentation de l'éditeur
:Contester le rôle de l'activité humaine dans les changements climatiques suscite souvent des injures de la part de " climatologues ". Quand une société qui se réclame du savoir tolère de telles agressions, la science n'a qu'à bien se tenir. Heureusement, c'est ce qu'elle fait et cet essai le démontre. II propose une enquête focalisée sur la réalité physique de " l'Effet de serre ", la clé de voûte de la climatologie. Qui n'en a pas entendu parler ? Mais qu'est-ce donc que cet " Effet de serre "? Le résultat est désormais sans appel, c'est une chimère informatique dénuée de fondement physique. Que faire alors de ces plans de sauvetage du climat, tout est-il à nouveau permis sous le ciel ? Non, la nécessité de passer à d'autres ressources énergétiques que fossiles reste un impératif majeur. Toutefois, les mesures préconisées sont aussi bidonnées que " l'Effet de serre " qui les a suscitées. Il est vraiment grand temps de revenir sur Terre. La fin des énergies fossiles est une étape historique, la conclusion d'une aventure industrielle commencée au début du XIXe siècle. Elle ne sera pas nécessairement tragique, mais certainement pas réductible aux solutions toutes faites produites par une pensée dogmatique. Ce livre est un travail salutaire et sérieux permettant de voir clair ! L'auteur n'est pas du tout isolé dans son propos. II nous présente la position d'une petite centaine de grands scientifiques du monde entier qui partagent le même doute. Et il rappelle, en outre, qu'une initiative de pétition et documentation sceptiques en ligne américaine, Global Petition Project http://www.petitionproject.org/ a attiré jusqu'à présent plus de 31000 scientifiques, dont plus de 9000 sont des sommités dans leurs domaines.

Biographie de l'auteur : François Meynard est responsable du programme d'enseignement de Sciences humaines de l'EPFL. Ingénieur physicien et docteur en mathématiques de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, il y anime un enseignement sur les enjeux économiques des limites des ressources énergétiques fossiles et sur les changements climatiques. Auparavant, il a travaillé une dizaine d'années dans le domaine des infrastructures énergétiques à un niveau international, comme ingénieur de recherche, chef de projet et cadre.
_______________________________________

Un livre attrayant, documenté et accessible. L'auteur passe en revue les différentes alternatives à la description classique de l'effet de serre avec de fréquentes références aux affirmations du GIEC. F. Meynard, dont c'est la spécialité à l'EPFL, propose également une analyse intéressante sur l'évolution de la consommation et des ressources en énergies fossiles et sur les solutions dites durables. A lire pour sortir des sentiers battus, rabâchés par les médias et constater que la science est très loin d'être aussi achevée qu'on vous le dit.

cabrolLaurent Cabrol (Ed. Cherche Midi) : Climat : Et si la terre s'en sortait toute seule ? : Un texte assez bref, rédigé par le météorologue présentateur de télévision bien connu.

Laurent Cabrol ne prétend pas être le scientifique qu'il n'est pas mais il est avant tout un observateur averti et un homme de bon sens.
S'appuyant sur un certain nombre d'évidences telles que, par exemple, le fait que le climat de la terre a toujours varié dans le passé sous l'effet de causes naturelles et dans des proportions considérables, Laurent Cabrol s'interroge sur les affirmations de ceux qui nous affirment que nous subissons, en ce moment même, les effets d'une "catastrophe climatique" alors que la variation de température ou de concentration de gaz à effet de serre sont très faibles par rapport à ce qu'a connu notre planète depuis sa création. Et la terre s'en est sortie toute seule !

Laurent Cabrol dénonce le comportement des alarmistes de toute obédience qui utilisent la peur suscitée dans le public par une propagande abrutissante, pour faire avancer leurs projets de société en dehors de tout processus démocratique. Hormis quelques "typos" qu'il faudra corriger, ce livre est intéressant, facile à lire et souvent instructif. Je le recommande à ceux que les développements délicats de la science climatique rebutent. Parfois, le bons sens et le parler direct sont bien utiles...

belouve1La Servitude Climatique, changement climatique, Business et Politique (Broché) de Jean-Michel Bélouve (Auteur, Sous la direction de, Illustrations).
Extraits de commentaires :


C'est LE livre qu'il faut lire pour tout savoir des tenants et aboutissants de la propagande effrenée qu'on nous sert depuis des années sur l'origine anthropique soit-disant avérée du réchauffement lui aussi "avéré". On ne pourra plus dire après qu'on ne savait pas. Les Al Gore et autres adeptes du Club de Rome jouent sur les peurs et en profitent pour bâtir leur fortune et leur pouvoir sur le dos des citoyens crédules. Le livre passe en revue les avancées scientifiques des réchauffistes - mais aussi leurs méthodes douteuses pour étouffer les protestations - et des sceptiques, et la balance penche de plus en plus vers les sceptiques, qui parviennent enfin à se faire entendre. Le climategate est arrivé juste après la sortie du livre, mais l'ouvrage en est une parfaite explication.....
__________________________________________________________________________________
Ce livre est une mine d'informations sur le climat et sur les moyens que les escrocs de la grande finance utilisent pour vendre leur affaire. On apprend qui est vraiment Al Gore, le gourou du réchauffement climatique.
C'est le seul livre français qui fait une étude sérieuse sur ce sujet. Il faut saluer cette courageuse entreprise qui permet de rétablir la vérité alors que les médias l'occultent complètement.

N'hésitez pas si vous voulez en savoir plus sur toute cette histoire du climat.

galamSerge Galam (Ed. Plon): Les scientifiques ont perdu le Nord. Réflexions sur le réchauffement climatique :

Serge Galam; Directeur de Recherches au CNRS, travaille à l'école Polytechnique. Physicien de formation, il est l'un des fondateurs de ce que l'on appelle la "socio-physique" et qui caractérise l'application de concepts récents en physique théorique à la modélisation des comportements collectifs en sociologie.

Formé, comme tous les physiciens, à la rigueur et à la déontologie scientifique, son attention a été attirée par un certain nombre de comportements inhabituels pour ne pas dire anormaux en matière de recherche climatique : Refus du débat, invectives, attaques ad hominem, politisation extrême, conviction quasi-religieuse de certains participants, constitution de groupes de pression, collusion avec les grands médias etc...

Serge Galam a rédigé un texte soigné, émaillé de considérations intéressantes sur le fonctionnement réel de la science et de ses errements actuels et passés, ainsi que sur les mécanismes qui gèrent le comportement de la société. Le tout écrit avec un style enlevé. Passionnant, instructif et souvent ...inquiétant. Lecture recommandée.

gerondeauChristian Gérondeau (Ed. Toucan) : Le CO2 : Un mythe planétaire.

Christian Gérondeau est polytechnicien. Il est spécialiste des transports (il aurait, entre autres, dessiné les plans du RER parisien) et bon connaisseur des questions énergétiques. Ce livre nous fait partager sa conviction qui est d'une simplicité désarmante : De toute manière, quoiqu'il arrive, l'homme utilisera à son profit la totalité des réserves d'énergie fossile disponibles. Si les pays de l'ouest ne le font pas, d'autres s'en chargeront (Chine, Inde, PVD). Dès lors, et selon l'auteur, le taux de CO2 atmosphérique doublerait dans un avenir plus ou moins lointain...
Ceci conduira-t-il à une catastrophe ? Certainement pas, répond Gérondeau qui relève les nombreuses anomalies de la science climatique officielle et attaque avec une plume trempée dans l'acide le comportement, les conclusions et les injonctions des organismes de l'ONU tels que le GIEC dont il stigmatise le caractère éminemment politique et non scientifique. Sans oublier de mentionner tous les profiteurs et opportunistes de la planète qui attendent d'énormes retombées sonnantes et trébuchantes de l'alarmisme climatique et qui pratiquent un lobbying intense auprès des gouvernements.

Faisant suite à " Écologie, la grande arnaque" (éd. Albin Michel 2007) dans lequel il dénonçait, "le terrorisme intellectuel et le règne sans partage du politiquement correct de l'écologie", le nouveau livre de Christian Gérondeau mérite d'être lu et médité. Il contient un certain nombre d'informations chiffrées fort intéressantes.


Véronique Anger (Ed. L'Arganier) : La dernière croisade. Des écolos aux écolomaniaques.
J'avais cité (en 2006) un texte de Véronique Anger, trouvé sur "les dialogues Stratégiques" en conclusion de la page "pourquoi ?" Elle s'inquiétait, comme moi-même, de l'instauration autoritaire d'une forme pernicieuse de pensée unique. Ce livre passionnant est le fruit de ses réflexions ... Lecture recommandée. Ci-dessous, à droite, la "4 de couv" comme l'on dit. Vidéo de la présentation du livre par l'auteur.

anger2

anger

 

 

 

 

 

 

 

courtillotlivreDe Vincent Courtillot (Ed. Odile Jacobs) : Nouveau voyage au centre de la Terre.

" Pourquoi entamer ce livre sur le "système Terre" par le climat? Parce que le géologue a peut-être plus à apporter au climatologue que celui-ci n'en a encore conscience. Comment avons-nous donc abouti au fameux problème du réchauffement climatique? Comme souvent en science par des chemins inattendus. Sans remettre en cause la réalité du réchauffement global des 150 dernières années, on est encore loin d'avoir identifié avec assez de sûreté les moteurs des changements climatiques pour en prédire le devenir. Pour comprendre les évolutions capricieuses de l'atmosphère et des océans sur les longues échelles de temps, il faut aussi comprendre celles de la terre solide. Partant explorer séismes et volcans, pour la plupart si bien expliqués par le 'ballet des plaques tectoniques, nous découvrirons les volcans de points chauds. Ces panaches, issus des profondeurs de la Terre, seront notre guide dans ce voyage vers les intérieurs plus mystérieux de notre dynamique planète, pour atteindre le noyau de fer liquide où se concocte le champ magnétique et enfin la graine solide au sein de laquelle réside le centre de la Terre. Donnant un "coup de pied au fond", nous remonterons à la surface, espérons-le, mieux convaincus des liens profonds qui associent entre elles les évolutions parfois chaotiques des enveloppes si diverses de notre planète." V.C.
______________________________________________________________________________

Comme je l'ai souvent répété dans ce site, la climatologie est le contraire d'une science monolithique. Elle est fondamentalement pluridisciplinaire et y participent des physiciens, des chimistes, des glaciologues, des paléontologues, des océanologues, des biologistes etc..et, bien entendu, de nombreux géologues, comme Vincent Courtillot qui a son mot à dire sur ce sujet au même titre que les autres. Il le fait très bien et son livre est d'accès aisé même pour les non-scientifiques. Lecture recommandée.

bvvl

Mars 2013 : "Cryosphère - Histoire et environnement de notre ère glaciaire" - M1&2 - Cours et exercices de Brigitte Van Vliet-Lanoë (15 février 2013)

Cet ouvrage (en deux tomes, celui-ci est le premier) publié par ma collègue Brigitte Van-Vliet Lanoé, constitue une mise à jour de l'excellent livre 'La planète des Glaces" présenté ci-dessous et qui a été publié en 2005 chez Vuibert.

Il s'agit d'un texte a caractère pédagogique. Il présente un cours complet pour l'étude des milieux froids destiné à l'enseignement en Master en Sciences de la Terre. Abondamment illustré d'une grande quantité de documents inédits, il inclut un glossaire spécialisé de quelques 500 termes propres à cette discipline qui s'avère très utile lors de la lecture.

Bien que destiné à des étudiants en Master, ee livre est de lecture très agréable. Il est accessible même pour les non-spécialistes. Il constitue une base de données actualisées qui satisfera les esprits curieux désireux de prendre connaissance des données factuelles sur une foule de questions relatives aux zones glacées et à l'histoire de notre planète qui sont, la plupart du temps, ignorées ou maltraitées par les médias.

L'auteur, Brigitte Van Vliet-Lanoé est Directrice de Recherche au CNRS et actuellement enseignante en 2e et 3e cycles à l'Université de Bretagne Occidentale. Elle est, sans contexte, une des meilleures experte du domaine.
Lecture recommandée.

Brigitte 2005 - De Brigitte Van Vliet-Lanoë (Ed. Vuibert) : La planète des Glaces

Ce manuel de référence est un outil interdisciplinaire d’étude des milieux froids, passés et présents. Plusieurs spécialités y sont réunies : géologie, glaciologie, sédimentologie et climatologie bien sûr, mais aussi pédologie (science des sols), pergélisol, périglaciaire, biologie et écologie. Il s’appuie sur des connaissances simples en physique, chimie et biologie. Il est illustré d’un très grand nombre de schémas, de diagrammes, de cartes et de photos ainsi que d’un glossaire.
Aujourd’hui où la modélisation mathématique prend le pas sur les recherches de terrain, il faut en effet savoir prendre en compte tous les paramètres qui interfèrent dans un même contexte.
Ce travail est le fruit de trente années de recherches interdisciplinaires sur le terrain, notamment en régions arctiques et en haute montagne. Il apporte les outils qui permettent d’appréhender l’évolution du climat à partir d’enregistrements continentaux, marins ou glaciaires anciens. La question du réchauffement climatique y est naturellement discutée.
____________________________________________________________________________________

Brigitte Van Vliet-Lanoë est Directeur de Recherches au CNRS, géologue des milieux froids. Elle a écrit ce livre très documenté après avoir arpenté la planète à la recherche d'indices et d'élements de preuves sur l'évolution des glaciers, des mers glacées, du pergélisol etc...Son point de vue sur le climat est intéressant et pas précisément dans le "consensus" de la pensée unique. A lire attentivement pour se remettre les idées à l'endroit sur le pergélisol, les pôles etc...dont on vous parle tous les jours... le plus souvent sans rien y connaître .
Excellent ! Lecture recommandée.

allegreParu le 16 février 2010, ce livre (en réalité un interview complété de quelques graphiques crayonnés) de Claude Allègre a connu un grand succès de librairie qui ne semble pas fléchir, quelques 10 mois après sa parution. Il s'est vendu à plus de 200000 exemplaires. Voici le commentaire de l'éditeur :

"Après la crise bancaire qui a ébranlé le monde et continue de le secouer, une véritable panique climatique a failli en amplifier les effets. Heureusement, à Copenhague, grâce aux pays du Sud soutenus par Barack Obama, le bon sens, au final, l'a emporté. Jusqu'à quand ? Sous la forme d'un dialogue vif et approfondi, ce livre raconte dans les détails comment une véritable conspiration mélangeant science et politique a pu imposer le mythe du réchauffement climatique - théorie scientifique plus que fragile - à tant d'hommes politiques comme aux médias. Il raconte par le menu comment les ambitions scientifiques et politiques de quelques-uns ont pu s'appuyer sur un affairisme très actif, une technostructure de l'ONU en recherche de justification et un mysticisme pour alimenter la peur et la culpabilité, ferments assurés de déclin. Ce livre-choc documenté, précis et implacable donne, sans langue de bois, les clés de ce qui apparaîtra demain comme le premier scandale planétaire. Avec, en toile de fond, le dévoiement de la très belle idée d'écologie. "bandeXIII

Comme on pouvait s'y attendre ce livre a soulevé une tempête de protestations de la part de l'Establishment des climatologues français. Ces derniers, se plaignant d'être ainsi attaqués, ont organisé une pétition adressée à Ministre de la Recherche, Valérie Pécresse. En réponse, cette dernière a demandé à l'Académie des Sciences d'organiser un débat sur la question climatique. Ce débat s'est tenue en Sept 2010. Le rapport qui en a résulté a été interprété par la plupart des journalistes comme un jugement à l'encontre d'Allègre. Il n'est, en réalité, qu'un compte rendu des débats. On y retrouve, donc, juxtaposés les arguments des uns et des autres, exposés durant la séance de l'Académie.
Deux journalistes 'scientifiques', l'un de Libération et l'autre du Monde ont, chacun, écrit un livre en réponse aux arguments de Claude Allègre et dénonçant le climato-scepticisme en général.
Au grand dam de ces derniers,
Claude Allègre a, depuis, été honoré, pour ce livre, par le Grand Prix de la Société de Géographie (fondée en 1821 par Pierre-Simon Laplace).


arezki

De Hacène Harezki : "Climat, Mensonges et Propagande" (éditions Thierry Souccar)

Note de l'éditeur : C'est la guerre ! D'un côté des climatologues alarmistes qui affirment que la Terre se réchauffe par la faute des activités humaines. De l'autre, les climato-sceptiques pour qui ce réchauffement a des causes naturelles. Qui croire ? Qui suivre ?
Parce qu'elle dissimule des enjeux idéologiques et économiques colossaux, une banale controverse scientifique a pris une ampleur qui confine à l'hystérie.
La lutte contre le réchauffement global est devenue une croisade, une obsession qui ajoute à la confusion et tue le débat scientifique.
Loin de tout lobby et de toute passion, le géographe Hacène Arezki propose une remise à plat radicale, en répondant aux questions essentielles :
- Quelle est l'ampleur réelle du réchauffement climatique ?
- Ce réchauffement est-il sans précédent ?
- Faut-il s'en alarmer ?
- Hormis les activités humaines, quelles autres hypothèses sérieuses peuvent
l'expliquer ?
Au-delà des aspects scientifiques, ce livre lève le voile sur les véritables enjeux politiques, économiques et médiatiques du débat sur le réchauffement climatique.
L enquête sur l épopée d'Al Gore et sur le Climategate, entre autres, est éloquente.
Ce livre possède une qualité rare : rendre le débat sur le climat accessible à tous sans sacrifier un instant la rigueur scientifique.
Il faut absolument le lire, qu'on soit « réchauffiste » ou climato-sceptique.

Biographie de l'auteur : Géographe de formation, Hacène Arezki s'est spécialisé en géographie physique, notamment en biogéographie et climatologie. Chargé de cours durant deux ans à l'université Paris 7-Denis Diderot, Climat, Mensonges et propagande est son premier livre, le fruit de cinq années de recherches et d'enquête.

 

garnierEmmanuel Garnier est un historien scientifique dans la lignée d'Emmanuel Leroy-Ladurie.
Ecoutez l'émission de la tête au carré (11/02/10) où il présente son livre (cherchez archives)

Note de l'éditeur : La certitude qu'ont nos contemporains de vivre un " changement " climatique ne date pas d'aujourd'hui. Tiré d'archives inédites, le présent ouvrage souhaite offrir une autre réalité des fluctuations climatiques et des perceptions que celle que les Européens en ont eue au cours des 500 dernières années. La première constatation concerne le caractère neuf du réchauffement observé depuis 30 ans. La réponse de l'historien est sans appel. Bien avant le Global Warming, nos ancêtres connurent des épisodes parfois très chauds dont l'intensité fit reculer les glaciers alpins à des niveaux inférieurs à ceux d'aujourd'hui. Plus tard, au beau milieu du fameux Petit âge glaciaire, l'Europe fut même confrontée à de véritables... vagues de chaleurs doublées de sécheresses mettant en péril la survie des populations. L'histoire ne serait-elle alors qu'un éternel recommencement. Si la réponse apparaît difficile à formuler en matière de climat, il est en revanche certain que les événements extrêmes qui focalisent tant l'attention de l'opinion publique aujourd'hui faisaient déjà partie du quotidien des sociétés anciennes. La sévérité des catastrophes observées sur cinq siècles démontre qu'elles n'eurent rien à envier à nos désastres récents. Confrontées à l'adversité climatique, nos sociétés, croit-on, passent d'une interprétation religieuse, avec son cortège de processions, à une sécularisation du fait météorologique dans le sillage de la pensée rationaliste et de l'intervention croissante des Etats. Une nouvelle fois, le verdict de l'histoire détonne et étonne...

Biographie de l'auteur : Agrégé d'histoire et maître de conférences, Emmanuel Garnier consacre depuis quatre ans ses recherches à l'histoire du climat au sein du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (UMR CEA-CNRS, Saclay) et du CRHQ, UMR CNRS-Université de Caen. Il intervient comme responsable ou collaborateur de plusieurs programmes nationaux pour le GIS "Climat-Environnement-Société", le CNRS et le ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire.

 

cambre1

(Février 2011) Joël Cambre : Le changement climatique est-il d'origine humaine ? (Ed Nuvis)

. Ce livre est le fruit d'une recherche patiente et scrupuleuse d'un citoyen éclairé qui a découvert que les affirmations du GIEC sont douteuses et grevées par de lourdes incertitudes, qu'il existe de nombreux articles scientifiques qui le contredisent et que d'autres explications qui font intervenir le soleil et(ou) les océans sont parfaitement plausibles sinon probables, pour expliquer les observations dont nous disposons actuellement
Un regard neuf à destination de ceux qui se sont contentés, jusqu'à présent, de lire, d'écouter et de voir le médias francophones, unanimement orientés.
Une démarche critique qui illustre la déclaration du prix Nobel Richard Feymann : "la Science, c'est la croyance dans l'ignorance des experts". En effet !
A lire absoluement.

Présentation de l'éditeur

Que se passe-t-il quand un citoyen qui croit fermement, et depuis des années, à l'origine humaine du réchauffement climatique, décide un jour de creuser à fond le sujet pendant trois ans ? Quelles sont ses découvertes ? Son opinion s'en trouve-t-elle modifiée ? Au-delà du sujet traité, cette démarche a valeur de symbole : est-il encore possible aujourd'hui, pour un citoyen de base sans soutien public ou privé, d'accéder à une information contradictoire et de se faire une opinion documentée sur un sujet aussi sensible que le réchauffement climatique ? Les réponses à ces questions se trouvent dans ce livre, sous la forme d'un exposé novateur divisé en douze thèmes qui illustrent la nature des résultats obtenus par l'auteur grâce à ses recherches. Au fil d'une quête passionnante, ce livre fait découvrir une science climatique bien plus incertaine de ses méthodes et de ses résultats qu'on pourrait le supposer a priori. Loin des affirmations péremptoires ou sensationnelles, trop souvent divulguées sans raison, c'est d'ailleurs l'avis de Phil Jones, directeur de l'Unité de Recherche Climatique (CRU) de l'université britannique d'East Anglia, institut très lié au GIEC : " Ce serait supposition de ma part de prétendre que tous les scientifiques qui disent que le débat climatique est clos, le disent pour la même raison. Je ne crois pas que la grande majorité des spécialistes du climat le pensent. Ce n'est pas mon avis. Il y a encore beaucoup à entreprendre pour réduire les incertitudes, non seulement pour l'avenir, mais aussi pour le passé. "

Biographie de l'auteur (site)

Joël Cambre est Saint-Cyrien. Ancien officier de la Défense Nationale, il travaille aujourd'hui pour une firme privée. Passionné de sciences et d'histoire depuis toujours, son parcours professionnel et personnel lui a appris comment collecter et traiter l'information avec rigueur et méthode. C'est fort de ces atouts qu'il a abordé le sujet de l'origine anthropique du réchauffement climatique, sans pour autant être climatologue de profession. Il s'est fixé pour règle de ne rien avancer qui ne soit appuyé sur une étude scientifique publiée par les spécialistes du sujet dans des revues réputées sérieuses et rigoureusement contrôlées. Il cite ses très nombreuses sources au fur et à mesure de son exposé pour permettre au lecteur d'avoir accès, s'il le souhaite, au large fonds documentaire qu'il a consulté.

 

legendreAndré Legendre (Ed. EDP Sciences) : L'homme est-il responsable du réchauffement climatique ?

André Legendre est ingénieur diplomé de la plus grande école de Chimie française (ENSCP). Il raconte lui-même qu'il a longtemps été convaincu par le déferlement d'affirmations alarmistes propagées par le GIEC, certaines ONG et les médias nationaux... jusqu'au jour où son attention ayant été attirée par quelques anomalies qui n'échappent pas à l'oeil exercé du scientifique, Legendre a commencé à se poser de sérieuses questions à ce sujet. C'est une démarche fréquente dans le microcosme scientifique.

Dès lors, un peu à l'image de ce qui est fait sur ce site mais avec une culture de base différente, André Legendre a mené sa propre enquête à partir de résultats publiés dans la littérature scientifique et ce sont les conclusions de cette enquête qui font l'objet de ce livre. A la différence des trois livres précédents, il s'agit donc d'un ouvrage à base scientifique qui passe systématiquement en revue les chapitres classiques du "Réchauffement Climatique Anthropique": L'effet de serre et les forçages, les rétroactions, les nuages et l'albédo, les mesures de température, les glaces et les glaciers, le cycle du carbone etc...

L'auteur réussit le tour de force de rester assez complet tout en conservant une rigueur indispensable à ce genre de débat et en restant lisible par tout lecteur possédant un bagage scientifique de base. Sa conclusion est sans appel : L'auteur ne redoute que la prochaine glaciation ! A lire absolument.

 

 

bonnet d'ane
Le Prix d'Honneur